Accessibilité
a A
  • Bienvenue à Bruley
    Bienvenue
    dans notre village typique
    des Côtes de Toul !
    BRULEY
  • Photo003
    Bruley
  • Eglise
    Eglise Saint Martin
    BRULEY
  • photo004
    Vignes
    Côtes de Toul
  • Photo001
    Vignes
    Côtes de Toul
  • Rue de la République en montant
    Rue de la République
    BRULEY
  • Photo002
    Vignes
    Côtes de Toul
  • photo005
    Vignes
    Côtes de Toul

L'Église Néo-gothique

Le plan définitif de construction de cette église prit corps en 1895 sous l’impulsion de M. LOEVENBRUCK, nouveau curé de la paroisse. L’emplacement fut choisi de façon à s’inclure dans l’ensemble : ancienne église, presbytère, grotte et chapelle du Rosaire tout en s’ouvrant sur la rue principale du village. Le style choisi fut celui du gothique rayonnant des églises du moyen âge et rappelle notamment la cathédrale Saint Étienne et la collégiale Saint Gengoult de Toul. Le plan adopté est celui du rectangle médian, terminé d’une part par un chevet octogonal et à l’autre extrémité par l’avancée du portail et l’enclave du clocher. Deux nefs latérales très étroites s’accolent au vaisseau principal, ce qui permet de contenir les assistants dans la nef et de faire des bas côtés une allée de dégagement ou une allée processionnelle. Les dimensions principales sont d’environ 50 mètres de longueur totale, 16 mètres de largeur dont 8.50 mètres entre les piliers. La hauteur sous clé de voûte est de 17 mètres et les fenêtres du chœur atteignent près de 10 mètres de hauteur à la pointe de l’ogive.

Les vitraux du chœur abîmés par les bombardements de juin 1940 ont été refaits dans un style plus contemporain par les ateliers Benoît de Nancy.

En 1934 fut préparé l’emplacement des 26 statues de 1.20 mètre de hauteur demandées aux ateliers de moulage Pierson de Vaucouleurs. Ce sont : St Pierre, prince des apôtres – St Léon, pape – St Charles Boromée, cardinal- St Aurélien, évêque – St Jérôme, père de l’Eglise – St Jean de la Croix – St Etienne, martyr – St Dominique, fondateur de l’ordre des Dominicains – St Sigisbert – St André – St Louis de Gonzague – St Maurice – St Gérard Majella – St Fiacre – St Camille de Lelis puis Ste Hélène qui découvrit la vraie croix – Ste Catherine, vierge et martyr – Ste Claire, fondatrice des Clarisses – Ste Barbe – Ste Madeleine – St Odile, patronne de l’Alsace – Ste Bernadette Soubirous – Ste Marguerite Marie et enfin St Michel et Moïse.

Sur les piliers du chœur : St Martin, patron de la paroisse, taillé en pleine pierre de Brauvilliers par Huel et St Vincent patron des vignerons, œuvre d’Arthur Pierron.

Les stalles, œuvre de l’ébéniste nancéien Rousselot furent exécutées en 1935. La table du maître autel est en pierre de Savonnières. Sur le devant de l’autel se trouve reproduite en haut relief, la Cène, sculptée par Huel. La porte de bronze du tabernacle porte en bas relief l’entrée de Jésus à Jérusalem.

La grille de communion est de Drouard, ce maître serrurier de Baccarat dont l’œuvre est particulièrement brillante dans la chapelle du Rosaire.
Les chapelles latérales sont incluses dans l’emprise du chœur. L’autel de gauche, surmonté d’une Vierge à l’enfant, copie de celle de Chartres, a été offert par l’abbé Migot, fondateur du pèlerinage, en remerciement de sa guérison. Sous l’autel se trouvent les reliques et le corps en cire d’une sainte martyre des catacombes de Rome dont le nom gravé sur une plaque de marbre nous a été transmis : Marguerite. Sous la tête se trouve le coffret des restes conservés de la martyre et l’authentique de l’évêque scellé des ses armes et cachets indiquant la provenance certaine de ces vestiges vénérables donnés par Pie IX.

L’autel de droite est dédié à St Nicolas, patron de la confrérie des hommes. Sous l’autel se trouve le gisant en pierre d’Augustin Schoeffler, missionnaire originaire de la Moselle lorraine mort martyr, décapité au Tonkin.
Sur les piliers de la nef, les croix de consécration sont les seules représentations polychromes. Les chapiteaux ont été sculptés par un élève de l’école de Reims sur le modèle de ceux de la cathédrale St Rémy. Les piliers de la dernière travée n’ont pas été sculptés. Le grand crucifix en pierre a été dressé pour marquer la fin de la mission prêchée en 1901. Ce christ de grandeur nature est un chef d’œuvre de Huel, père et fils. L’expression de souffrance du crucifié est particulièrement bien rendue. Au pied du christ se trouve une lunule de bronze avec l’indication des indulgences accordées par le pape Léon XIII. Lui faisant face est élevée un chaire à prêcher toute en pierre, imposante et architecturalement intéressante par sa taille et son étroite emprise au sol.
La tribune dans laquelle l’orgue n‘a jamais été installé, faute de moyens financiers, est éclairée d’une très belle rosace de style gothique.
Au dessus de la porte latérale, une croix en bois et une inscription rappelle qu’en 1905, lors de l’application de la Loi de séparation de l’église et de l’état, les paroissiens et leurs prêtres soutinrent un siège de près d’une journée pour interdire l’accès de l’église et que l’intervention de l’armée fut nécessaire pour forcer l’ouverture et permettre l’inventaire.

Informations pratiquesBlason Bruley
Adresse
Mairie de Bruley36 rue Victor Hugo54200 Bruley
Téléphone
03 83 43 85 87
Fax
03 83 43 85 88
Horaires d'ouverture
HEURES D'OUVERTURE AU PUBLIC : Le Lundi : de 10h00 à 12h00
Le Mercredi : de 10h00 à 12h00 (permanence du Maire de 11h30 à 12h00)
Le Samedi : de 17h00 à 19h00 (permanence d'un(e) Conseiller(e) Municipal(e) 
SUR RENDEZ-VOUS EN DEHORS DE CES HORAIRES.
 
Retour haut